centre d'aide

Vous trouverez ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur Randstad Direct.

randstad direct... comment ça marche ?

découvrez le service en vidéo

foire aux questions

toutes les réponses à vos questions.

Le service

Qu'est-ce que Randstad Direct ?

Randstad Direct est une plateforme qui permet à une entreprise de recruter en ligne un salarié intérimaire. Toutes les étapes du recrutement sont digitalisées, de l’expression du besoin au paiement, en passant par la signature du contrat de mise à disposition électronique (CMDE).

A qui s’adresse ce service ?

Randstad Direct s’adresse aux entreprises, et tout particulièrement aux TPE/PME, qui souhaitent effectuer un recrutement en intérim. Pour utiliser ce service, il suffit d’être habilité à recruter au sein de son entreprise et de pouvoir régler par carte bancaire.

Quels métiers peut-on recruter ?

Il est possible de recruter la plupart des métiers dans les secteurs de l’industrie, du BTP et des services au sens large.

Comment sont sélectionnés les profils ?

Tous les profils accessibles sur Randstad Direct ont été reçus en agence et évalués à cette occasion par un consultant Randstad. La sélection des candidats se fait sur la base de leurs compétences.

Quelle différence avec l’intérim en agence ?

Contrairement à une agence, Randstad Direct est ouvert 24h/24 et accessible où que vous soyez. Sur Randstad Direct, vous pouvez identifier et entrer vous-même en contact avec les profils qui vous intéressent et réaliser en ligne toutes les démarches pour recruter un salarié intérimaire. Enfin, Randstad Direct propose une tarification particulièrement simple et lisible : nous vous facturons le salaire chargé de l’intérimaire et un coût de service forfaitaire qui s’adapte à la durée de la mission.

Comment fonctionne l’intérim ?

Le travail temporaire consiste pour une agence d’emploi (AE) à mettre à disposition de manière temporaire, auprès d’une entreprise utilisatrice (EU), un salarié intérimaire qu’elle recrute et rémunère. Entre l’agence d’emploi et l’entreprise utilisatrice, un contrat commercial appelé contrat de mise à disposition est conclu. Le salarié intérimaire et l’agence d’emploi concluent un contrat de mission.
L’agence d’emploi est donc le seul employeur du salarié intérimaire. Toutefois, le salarié intérimaire est tenu de se conformer aux règles en vigueur dans l’entreprise utilisatrice dans laquelle il effectue sa mission.
Pour en savoir plus sur le cadre juridique de l’intérim et connaître notamment les cas de recours, vous pouvez consulter cette page du site du Prism’emploi.

Tarifs et paiement

Quels sont les moyens de paiement et comment serai-je facturé ?

Sur Randstad Direct, les règlements s’effectuent uniquement par carte bancaire sur votre espace client.

En cas de montant inférieur à 500 euros, vous devrez procéder immédiatement au paiement par carte bancaire pour finaliser et valider votre commande.

En fin de mission, suite à la saisie des heures travaillées par vos intérimaires, une facture définitive sera émise afin de régulariser le coût réel de la prestation. Son paiement s’effectuera par carte bancaire sur l’espace client.

En cas de montant supérieur à 500 euros et si votre entreprise est éligible aux conditions de notre service crédit, le paiement est dû sous 20 jours nets date de facture et s’effectue par carte bancaire sur votre espace client.  Vous êtes alors facturés chaque semaine après le début de la mission, après avoir saisi vous-même sur l’espace client le nombre d’heures travaillées par vos intérimaires.

Que se passe-t-il si mon intérimaire est absent ?

En cas d’absence de votre salarié intérimaire, vous ne serez bien entendu pas facturés de la journée de travail. Nous vous remercions par avance de bien vouloir contacter un consultant Randstad Direct dans les plus brefs délais pour l’aviser de cette situation. Celui-ci mettra tout en oeuvre pour pourvoir, si besoin, au remplacement de l’intérimaire.

Puis-je me rétracter après validation de ma commande ?

Oui, il est possible de se rétracter jusqu’à la veille du démarrage de la mission. Cependant, après démarrage de la mission, vous serez tenus par votre engagement contractuel.

Les démarches administratives : qui fait quoi ?

J'ai validé ma commande. Quelles sont les prochaines étapes ?

1) La signature du Contrat de Mise à Disposition Electronique (CMDE)

Suite à la finalisation de la commande, vous allez recevoir dans les prochaines heures un mail vous invitant à signer le CMDE sur votre espace client.

Le Contrat de Mise à Disposition Electronique (CMDE) est un service de votre espace client qui vous permet de signer électroniquement vos contrats. Vos contrats sont alors dématérialisés et accessibles 24h/24 et 7j/7 sur votre espace.

A signaler : dans un premier temps, vous devrez valider la convention de preuve du service CMDE pour pouvoir accéder à la signature de vos contrats ; pour se faire, il faut vous rendre dans le menu “gérer” puis “contrats” et cliquer sur le nom ou le siret de votre entreprise.

2) L’accueil du salarié intérimaire

L’accueil du salarié intérimaire au sein de votre entreprise doit s’entendre comme l’accueil de tout nouveau salarié.

Cet accueil doit donc comporter la présentation de vos locaux (les risques liés à la circulation sur les lieux de travail, les accès aux équipements de travail et aux locaux collectifs, les instructions d’évacuation, les risques liés au travail et la conduite à tenir en cas d’accident), la présentation de l’équipe que le salarié intérimaire va intégrer, les procédures et méthodes de travail utilisées sur le poste de travail à occuper.
Selon le poste de travail et/ou sa complexité, vous pourrez désigner un salarié permanent qui sera le référent du salarié intérimaire pendant la mission.

3) La saisie des relevés d’heures

Nous effectuons le contrôle des heures travaillées au moyen de relevés d’heures établis sur la base hebdomadaire.

Vous saisissez vous même le nombre d’heures travaillées par vos intérimaires en quelques clics. C’est la validation des relevés d’heures par le consultant Randstad Direct qui déclenchera votre facturation et la paie de l’intérimaire.

A signaler : si vous n’avez pas encore signé la convention de preuve permettant l’accès au service de saisie des relevés d’heures, vous devrez cliquer sur le nom de votre entreprise pour accéder à la convention de preuve qu’il vous faudra valider.

4) Le règlement

Suite à la saisie des relevés d’heures, vous recevrez une facture chaque semaine à régler sous 20 jours nets date de facture.

A signaler : si vous avez réglé au comptant au moment de la commande, une facture définitive sera émise en fin de mission, afin de régulariser le coût réel de la prestation.

5) A l’approche de la fin de mission

Vous serez contactés par un consultant Randstad Direct pour étudier avec vous les différentes possibilités de prolongation ou d’arrêt de la mission. Vous pourrez également utiliser la souplesse et demander un avenant sur votre espace client.

Quelles sont les démarches administratives prises en charge par Randstad Direct ?

Randstad Direct simplifie votre recrutement en prenant en charge les formalités administratives suivantes :

Avant la mission

  • Vérification des titres pour les intérimaires étrangers
  • Visite médicale d’embauche
  • Déclaration préalable à l’embauche (DPAE)
  • Contrat de travail

Pendant la mission

  • Bulletins de paie et virement des salaires
  • Déclarations sociales
  • Couverture santé/mutuelle
  • Compte personnel de formation
  • Gestion de la pénibilité et des accidents du travail éventuels

Après la mission

  • Certificat de travail
  • Déclaration Pôle emploi

Quelles sont mes obligations en matière de sécurité vis-à-vis des intérimaires ?

L’article L 1251-21 du code du travail met à la charge de l’entreprise utilisatrice la responsabilité des conditions d’exécution du travail ayant attrait notamment à la santé et la sécurité au travail.

Concernant les intérimaires, l’évaluation des risques et la mise en œuvre des mesures de prévention qui en découlent sont du ressort des Entreprises Utilisatrices seules habilitées à identifier les risques inhérents à leurs activités et donc à proposer des actions de prévention adaptées.
Pendant la durée de la mission, l’utilisateur est le commettant du salarié temporaire.

Il appartient donc à l’entreprise utilisatrice :

– De réaliser une formation pratique et approprié à la sécurité.

En assurant aux intérimaires dans les mêmes conditions que pour ses salariés permanents, conformément à l’article L 4141-2 du code du travail, un accueil et une formation pratique et appropriée intégrant la transmission des consignes de sécurité, ainsi qu’une formation renforcée, dès lors que le poste occupé figure sur la liste des postes à risques établie par l’entreprise utilisatrice et communiquée auprès de l’entreprise de travail temporaire. Celle-ci a pour objectif d’informer les travailleurs sur les risques pour leur santé et leur sécurité d’une manière compréhensible pour chacun. Cette information ainsi que la formation à la sécurité sont dispensées lors de l’embauche et chaque fois que nécessaire (Article R4141-2).

Elle porte notamment sur :

  • Les risques liés à la circulation des engins et des personnes : conditions de circulation des véhicules et engins, d’accès aux lieux de travail sans danger, d’évacuation en cas de sinistre…
  • Les risques liés à l’exécution du travail : comportements et gestes à adopter, fonctionnement des dispositifs de protection et de secours, explications des modes opératoires retenus lorsqu’ils ont une incidence sur la sécurité
  • La conduite à tenir en cas d’accident : cette formation doit avoir lieu dans le mois suivant l’affectation du salarié à son emploi

– D’informer l’entreprise de travail temporaire, au plus tôt, de toute modification des tâches confiées au salarié intérimaire.

En effet, ces modifications peuvent nécessiter la validation de nouvelles compétences techniques du salarié intérimaire. Cette validation a pour objectif de s’assurer de la mise à disposition d’un salarié intérimaire en toute sécurité au regard des contraintes et risques identifiés. En outre, ces modifications nécessitent l’établissement d’un avenant au contrat de mission, voire l’établissement d’un nouveau contrat de mission.

– De fournir, conformément à l’article L 1251-23 du code du travail, les Equipements de Protection Individuelle.

L’Entreprise Utilisatrice doit également s’assurer que les salariés intérimaires les utilisent effectivement et qu’ils sont conformes aux obligations légales, réglementaires ou conventionnelles applicables au poste de travail.

– D’établir la liste des postes à risques particuliers.

Celle-ci ou son état néant doit être établie par le chef d’établissement après avis du médecin du travail et du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ou, à défaut, des délégués du personnel, s’il en existe. A défaut d’état néant et en cas d’accident du travail grave, la faute inexcusable de l’Entreprise Utilisatrice est automatiquement retenue.

– D’organiser la formation renforcée à la sécurité si l’intérimaire est sur un poste à risques particuliers.

Deux catégories de postes doivent figurer sur cette liste de postes à risque :

  • Les travaux habituellement reconnus dangereux : travaux en hauteur, sur machine dangereuse, nécessitant une qualification particulière, exposant à des produits dangereux, soumis à surveillance médicale renforcée ou ayant été à l’origine d’accidents, d’incidents répétés ou de maladies professionnelles.
  • Les travaux pour lesquels une formation particulière est prévue par la réglementation (caristes, électriciens, pontiers…)

– D’organiser la surveillance médicale renforcée (SMR) :

  • Pour les salariés exposés aux rayonnements ionisants, au plomb, au risque hyperbare, au bruit, aux vibrations, aux agents biologiques des groupes 3 et 4, aux agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction de catégories 1 et 2 ;
  • Pour les travailleurs de nuit.

Cette surveillance, à la charge de l’EU, est la garantie d’un suivi de la santé des intérimaires lors des différentes missions. Un poste à S.M.R. doit être notifié sur le contrat de mise à disposition et de mission.

– De transmettre à l’entreprise de travail temporaire les informations concernant les salariés intérimaires exposés à un ou plusieurs facteurs de pénibilité nécessaires à l’établissement par cette dernière de la déclaration.